Partage sur les réseaux sociaux :

Fermer

Températures

Mise à jour le 26 octobre 2018

Publié le 01 mars 2016

Les Hauts-de-France jouissent globalement d’un climat tempéré d'influence océanique, c'est à dire avec des températures clémentes et des précipitations régulières. L'augmentation de la température moyenne annuelle est l’indicateur principal du changement climatique : les changements observés en Hauts-de-France sont significatifs, avec une hausse de 1,75°C à Lille entre 1955 et 2016. À l’échelle mondiale, la température moyenne -hors océans- s'est élevée de 1,36°C sur la même période (NOAA). Les événements extrêmes tels que les "jours très chauds" sont de plus en plus nombreux, mais ils ne surviennent pas de façon homogène sur le territoire.

Contexte :

Les travaux du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) menés depuis les années 90 ont prouvé l'existence d'un réchauffement du climat global lié à l’activité humaine depuis le début de l'ère industrielle. L'observation météorologique est destinée à suivre l'ensemble des phénomènes atmosphériques, qu'il s'agisse des précipitations, des températures, du vent ou des événements extrêmes. Cette connaissance permet de comparer la température d’aujourd’hui à celle d’hier et de prévoir comment elle peut changer demain.
Cependant, illustrer le changement climatique à une échelle régionale ou infra-régionale demande une forte capacité de mesure à une échelle territoriale fine et engendre des difficultés d’interprétation (voir « Sources »). Ce type de démarche a été mené sur certains territoires, mais fait toujours l'objet de recherches.

Contenu de l'indicateur :

L’indicateur global sur l’évolution des températures s’appuie sur des analyses multiples des relevés réalisés sur plusieurs stations régionales. L’indicateur principal reste celui des températures moyennes, qui illustre les tendances de fond. Trois autres indicateurs se concentrent plutôt sur les événements dits « extrêmes », caractérisés par des records de températures ou « journées estivales », mais également par une succession de jours ou de nuits anormalement chaudes. Enfin, le phénomène de gel permet, en complément des données précédentes, de caractériser la zone climatique d’une station et l’impact d’un réchauffement sur les températures minimales.

Pertinence :

Les températures moyennes et le nombre de jours de « fortes chaleurs » sont les marqueurs les plus significatifs et incontestables de l'évolution climatique. En effet, ces indicateurs sont le reflet direct de l’évolution des caractéristiques de l'atmosphère, compartiment naturel recevant directement les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le nombre de jours de fortes chaleurs présente l'intérêt supplémentaire de décrire un phénomène à fort impacts directs, sensibles sur l’environnement et même à l’échelle des habitants.

Températures moyennes

L’augmentation de la température moyenne annuelle et la modification du cumul et de la saisonnal...

Lire la suite
Vagues de chaleur

La fréquence et l’intensité des vagues de chaleur qualifient concrètement les liens entre évolut...

Lire la suite
Nombre de jours chauds

Les extrêmes chauds de températures sont directement reliés à la hausse des températures moyennes...

Lire la suite
Nombre de nuits chaudes

L’évolution du nombre de nuits chaudes qualifie concrètement les liens entre évolution des tempér...

Lire la suite
Nombre de jours de gel

La fréquence des jours de gel est un marqueur de l'évolution climatique. Cet indicateur est impor...

Lire la suite
Températures minimales

L'évolution des températures, moyennes ou extrêmes, est le signal le plus clair du changement cl...

Lire la suite
Températures maximales

L'évolution des températures, moyennes ou extrêmes, est le signal le plus clair du changement cl...

Lire la suite

Méthode :

Pour examiner les évolutions du climat à partir de mesures météorologiques, Météo-France étudie les données climatologiques avec les plus longues périodes d’observation. Afin de les rendre utilisables, il est nécessaire de s'assurer de la qualité des données, de corriger les ruptures d'homogénéité dans la série. Dans les faits, les événements susceptibles d'introduire dans les séries des ruptures d'homogénéité sur de longues périodes sont nombreux : citons entre autres les déplacements des points de mesures ou la modification de leur environnement, les changements de capteurs ou d'observateurs, etc.

Météo-France a donc effectué une homogénéisation des séries présentées ici, à partir d'observations les plus longues avec peu de données manquantes, basée sur des procédures statistiques, employées par différents services météorologiques. Les tests de significativité utilisés sont ceux de Spierman et Kendall : ce test permet d’affirmer s'il y a une tendance ou non pour les données observées, le résultat étant donné au seuil de 95 %. Cela signifie que l'on peut affirmer avec une certitude de 95 % qu'il y a une corrélation entre deux informations (exemple : série annuelle et tendance). Ici, dans certains cas, la certitude peut être amenée au seuil de 99 %.

Web

Séries de publications sur le Nord – Pas de Calais de Météo France
> Consulter le site

Indicateurs climatiques agrégés au niveau national publiés sur le site de l’ONERC
> Consulter les indicateurs nationaux

Climat HD, pour consulter une interface pédagogique sur le climat passé, présent et futur :
http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/climathd

Portail DRIAS, pour explorer les futurs du climat :
http://www.drias-climat.fr/

Données de modèle atmosphérique, chimie atmosphérique, modèles de vagues, bilan de précipitations… Météo-France dispose de quelques autres séries homogénéisées sur les Hauts-de-France en accès gratuit ou sous conditions :
https://public.meteofrance.com/public/accueil).

Articles

L'article scientifique de Planton et Terray contribue à la compréhension de la difficulté d'interpréter une série climatique au niveau local « Détection et attribution à l'échelle locale : le cas de la France » Serge Planton et Laurent Terray, 2009, Livre blanc Escrime (CNRM et IPSL).

Article de Sylvestre Huet, publié sur le portail des blogs scientifiques du journal numérique Libération, montre le point de vue sur le synchronie entre CO2 et températures« CO2 et température grimpaient ensemble », Sylvestre Huet, 2013, journal numérique Libération.
> Consulter l'article

Ressources :

Rapport du CERCLE Nord-Pas de Calais, à télécharger ici : même si le CERCLE a édité ce document avant la fusion des régions, des interprétations « Eurorégion » ou « Bassin Artois Picardie » sont disponibles selon les thématiques traitées.

Etude MEDCIE
L’étude de la MEDCIE (mission d’étude et de développement des coopérations interrégionales et européennes) Nord-Pas-de-Calais avait comme principaux objectifs :  de rappeler les scénariis climatiques des deux ex-régions, de dresser le diagnostic des vulnérabilités régionales au changement climatique, et d’estimer le coût de l’inaction et les coûts d’adaptation > Téléchargement.

Ils nous ont cité

Les conséquences du changement climatique en infographie, Conseil Régional Nord-Pas de Calais - Picardie
> Consulter l'infographie

Indicateur associé
  • Politiques publiques d'adaptationL'adaptation - aux changements climatiques - c'est agir sur les politiques locales et les action...

    Lire la suite

© Cette publication est réutilisable dans les conditions de la licence Creative Commons. Pour en savoir plus