Partage sur les réseaux sociaux :

Fermer

Vagues de chaleur

Mise à jour de l'article le 17 juin 2020

Mise à jour de la donnée le 11 juillet 2019

Les vagues de chaleur et les extrêmes chauds de température sont des marqueurs importants de l’évolution climatique. Ils sont directement reliés à la hausse des températures moyennes. Ils caractérisent aussi de façon satisfaisante les sensations du public.

Une vague de chaleur est définie ici comme une série d’au moins 5 jours consécutifs anormalement chauds, c’est-à-dire de journées avec une température maximale supérieure de plus de 5°C aux normales mensuelles. Les normales utilisées sont issues de la climatologie 1981-2010. Il est à noter que les vagues de chaleur peuvent avoir lieu en hiver, on parle alors préférentiellement de vagues de douceur.

L'indicateur porte sur le nombre de jours en vague de chaleur (cumulés par année) ; un des "avantages" de ce phénomène est d’être perceptible sans instrumentation.

*** A noter : si vous souhaitez obtenir le graphique d’une autre station, contactez-nous ! En outre les signataires de la Charte de partenariat de l'Observatoire Climat des Hauts-de-France et les membres de la Gouvernance du Cerdd ont également la possibilité, grâce à une convention de partenariat entre Météo-France et le Cerdd, d'obtenir les données brutes chiffrées correspondant à chaque indicateur (en respectant les règles de diffusion/reproduction). ***
--------------------------------

Seul le graphique présentant l’évolution du nombre de jours de vague de chaleur sur la station de Cambrai est présenté. Des données sont également disponibles pour les 5 autres stations.

En Hauts-de-France la tendance est à la hausse significative du nombre annuel de jours de vague de chaleur sur toutes les stations avec :
* + 2,2 jours par décennie, en moyenne, à Beauvais (8,2 jours en moyenne), soit une hausse de 14,1 jours sur la période complète 1955-2018
* + 0,7 jour par décennie, en moyenne, à Boulogne-sur-Mer (3,5 jours en moyenne), soit une hausse de 4,5 jours sur la période complète 1955-2018
* + 2,4 jours par décennie, en moyenne, à Cambrai (8,3 jours en moyenne), soit une hausse de 15,4 jours sur la période complète 1955-2018
* + 2,3 jours par décennie, en moyenne, à Lille (8,6 jours en moyenne), soit une hausse de 14,7 jours sur la période complète 1955-2018
* + 0,8 jour par décennie, en moyenne, au Touquet (4,8 jours en moyenne), soit une hausse de 5,0 jours sur la période complète 1956-2018
* + 2,4 jours par décennie, en moyenne, à Saint-Quentin (9,2 jours en moyenne), soit une hausse de 15,4 jours sur la période complète 1955-2018

Le nombre annuel de jours de vague de chaleur est variable selon les stations régionales.

Pour toutes les stations situées à l’intérieur des terres (ex : Lille, Cambrai, Saint-Quentin, Beauvais) cette tendance est affirmée de façon significative avec une certitude de 99 % en traçant une tendance linéaire entre les années et le nombre annuel de jours de vague de chaleur (test statistique de la méthode de Monte-Carlo), ce qui indique que les variations annuelles de ces nombres de jours de vague de chaleur ne sont pas dues à la variabilité naturelle du climat mais bien d’une tendance de fond à l’augmentation.
Les stations situées sur le littoral (Boulogne-sur-Mer et Le Touquet) sont moins impactées par ce phénomène et ces nombres sont globalement plus faibles que dans l’intérieur des terres, même si on relève une légère tendance à la hausse. Le taux de certitude est de 90 %.
Il est à noter que l’environnement de mesure de la température de la station de Boulogne-sur-Mer induit un biais chaud dans les mesures. Les valeurs ne doivent pas être exploitées en l’état mais la tendance n’est pas impactée par ce biais.

Lorsque l’on analyse les cumuls annuels indépendamment, ces phénomènes « extrêmes » ont tendance à se concentrer dans les années post-2000 : en effet, après cette date, 74 % des années comprennent une vague de chaleur sur Lille, 79 % sur Beauvais et Cambrai et 84 % sur Saint-Quentin (cette proportion baisse à respectivement 47 % à Boulogne-sur-Mer et 53 % au Touquet). Quelques années comportent même un cumul de plus de 20 jours (inclus) en vague de chaleur.
Globalement, après 2000, on dénombre 5 millésimes présentant ce record : 2003, 2007, 2011, 2015 et 2018.
2018 représente le record du nombre de vagues de chaleur pour les stations de Saint-Quentin, Lille et Beauvais, suivie de très près par l’année 2003, qui a notamment été marquée par une période de canicule durant l’été.
Sur les stations littorales, le nombre de vagues de chaleur est moins élevé (record en 1959, suivi de très près par 2018 pour Le Touquet ; Boulogne-sur-Mer relève son maximum en 2011 avec 20 jours suivi de très près par 1959).
Avant 2000, moins de 5 millésimes étaient remarquables sur ce critère arbitraire de 20 jours (hors Boulogne-sur-Mer). On y trouve notamment 1959 et 1990.

fiche Vagues de chaleur
Poids (22,34 ko), Format (VND.MS-EXCEL)

Télécharger

Production de l'indicateur

  • Échelle disponible :

    Départementale

  • Unité :

    Nombre de jours

  • Type d'indicateur :

    Descriptif

  • Méthode de récolte de la donnée :

    Donnée réelle

  • Fiabilité :

    C1

  • Disponibilité :

    N+1

  • Fréquence de mise à jour :

    Tous les 2 ans

Indicateur associé
  • TempératuresLes Hauts-de-France jouissent globalement d’un climat tempéré d'influence océanique, c'est à dire...

    Lire la suite
  • Températures maximalesL'évolution des températures, moyennes ou extrêmes, est le signal le plus clair du changement cli...

    Lire la suite
  • Nombre de journées chaudesLes extrêmes chauds de températures sont directement reliés à la hausse des températures moyennes...

    Lire la suite
  • Nombre de jours anormalement chaudsLes vagues de chaleur et les extrêmes chauds de température sont des marqueurs importants de l’év...

    Lire la suite

© Cette publication est réutilisable dans les conditions de la licence Creative Commons. Pour en savoir plus