Partage sur les réseaux sociaux :

Fermer

Emissions de GES directes

Mise à jour le 1 juin 2016

Les émissions directes de gaz à effet de serre (GES) sont des données très suivies, leur observation a débuté il y a de nombreuses années en région.

L'histoire des émissions du Nord-Pas de Calais présente des évolutions liées à des phases de croissance, de crises économiques, de disponibilité énergétique ou encore de meilleure maîtrise des procédés. Depuis le pic d'émissions de 1999, la tendance globale est à la baisse des émissions régionales. Les 39,8 Mt éq.CO2 de 2011 sont à comparer avec les émissions de 1990 qui étaient de 48 Mt éq.CO2 : au total la réduction a été de 16,7 % en 21 ans. En ce qui concerne la France, les émissions ont diminué de 12,9 % pendant la même période.

Contexte :

Les émissions directes de GES sont des données très suivies et leur observation a débuté il y a de nombreuses années. Elles sont indispensables pour analyser et traiter les grands enjeux énergétiques, mais aussi pour répondre à l'atteinte d'objectifs réglementaires européens, nationaux et régionaux. La France s'est fortement engagée au plan international avec la ratification du protocole de Kyoto et surtout au plan européen à travers le paquet Energie/Climat dit « 3 fois 20 ». Concrètement, elle s'engage, pour 2020, à réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre, à améliorer son efficacité énergétique de 20% et enfin à faire en sorte que 23% de sa consommation énergétique finale soit couverte par des énergies renouvelables. A l'horizon 2050, elle se fixe l'objectif ambitieux d'une division par 4 de ses émissions de gaz à effet de serre. Des objectifs déclinés en région et dans les territoires...et d'autant plus pregnants depuis la COP21 tenue à Paris en décembre 2015.

Pertinence :

L’énergie et le climat sont au premier rang des défis actuels à affronter pour notre société.
Dans ce contexte, les outils de mesure et d’analyse de l’empreinte « carbone » (climat, énergie) jouent un rôle irremplaçable à plusieurs titres : sensibilisation, aide à la décision, orientation de choix stratégiques.
De ce fait, toute entreprise, activité administrative ou associative peut légitimement s'intéresser aux émissions qu'elle génère. Avant d'envisager toute action permettant de réduire ces émissions, il est crucial de pouvoir en identifier les sources principales, afin de cibler des marges de manœuvre prioritaires.

Description :

La plupart des données rassemblées ici proviennent des dispositifs Norener et Norclimat, créés en 1992 par le Conseil Régional et l’ADEME pour observer les consommations d’énergie finale de la région Nord-Pas de Calais. Ils ont donné lieu à des publications régulières qui ont constitué une aide essentielle pour la définition, le pilotage et le suivi des politiques publiques régionales sur le long terme. Dorénavant, les productions chiffrées de ce dispositif seront valorisées par l’Observatoire Climat Nord-Pas de Calais.

Emissions de GES régionales (NPdC, régional)

Les émissions directes de GES sont des données très suivies et leur observation a débuté il y a d...

Lire la suite

Méthode :

Les sources principales de données utilisées sont les outils Norener et Norclimat. La méthode de comptabilisation utilisée repose essentiellement sur la compilation de données de consommation pour la partie énergétique, et la compilation de données d'activités pour les GES.
Les données couvrent les consommations d’énergie finale et les émissions de GES du périmètre Nord-Pas-de-Calais de 1990 à 2011.
Secteurs couverts : Industrie, Transport, Résidentiel, Tertiaire, Agriculture
Energies suivies : Combustibles Minéraux Solides (houille, lignite, coke, agglomérés, briquettes), les produits pétroliers (pétrole brut, gazole, essence, fioul lourd, fioul domestique, coke de pétrole, gaz de pétrole liquéfié et carburéacteur), le gaz naturel, l’électricité.

Indicateur associé
  • Consommation d'énergieLe Nord-Pas de Calais figure parmi les régions françaises les plus consommatrices, directement ap...

    Lire la suite
  • Facture énergétiqueEn 2011, la facture énergétique du Nord-Pas de Calais s’élève à 8,64 milliards d’euros (hors coût...

    Lire la suite

© Cette publication est réutilisable dans les conditions de la licence Creative Commons. Pour en savoir plus