Partage sur les réseaux sociaux :

Fermer

Evolution de la phénologie des arbres

Mise à jour de l'article le 4 juillet 2022

Mise à jour de la donnée le 12 avril 2022

La phénologie étudie les cycles biologiques et leurs liens avec les conditions climatiques. Elle traite donc de la chronologie saisonnière des phénomènes périodiques de croissance et de développement des plantes. Ces cycles constitués de plusieurs phases se produisent chaque année à la même époque, mais leur date exacte varie d'année en année. Ces phases appelées phases phénologiques ou encore phases de développement sont les suivantes :

• débourrement ou feuillaison (foliation) au printemps : mise en place des feuilles ou aiguilles

• jaunissement, sénescence, chute des feuilles

La phénologie est donc un paramètre essentiel pour la compréhension du fonctionnement des écosystèmes forestiers et en particulier pour la croissance des arbres. C'est notamment un outil de suivi de l'adaptation des végétaux aux changements climatiques. L'indicateur présenté ici est la date de débourrement du hêtre et du chêne.

Evolution de la phénologie des arbres

Le chêne et le hêtre ont pratiquement les mêmes dates de débourrement. Cette date moyenne est d’environ 110 jours. Toutefois on constate des variations de dates qui s’éloignent considérablement de cette moyenne. Cette variation peut s’expliquer par l’évolution climatique à travers l’indice de rigueur climatique.
Pendant l’année 2011, la date de débourrement se raccourcie à 98 et 100 jours respectivement pour le chêne et le hêtre. Cette précocité pour le débourrement est lié à la température. En effet, alors que l’année 2010 a été plus fraîche que la normale et que ceci n’était pas arrivé depuis 1996, l’année 2011 a été la plus chaude observée depuis 1900. Le froid hivernal (plus froid) de la fin d’année 2010 a permis la sortie de dormance des bourgeons. Ces derniers sous l’effet de l’élévation de la température en début d’année 2011 ont effectués leur débourrement plus tôt.

Il est en de même pour les années 2014 et 2021. Alors qu'en 2013 on atteignait des records de froid qui ont accéléré la sortie de dormance des bourgeons, l’année 2014 a enregistré des températures excédentaires qui ont favorisé la précocité du débourrement. Un excédent de température observé en 2021 serait aussi à la base de cette précocité du débourrement.

En 2013, on constate un débourrement tardif pour les deux espèces. Cela peut s’expliquer par le bilan annuel de la température. En effet 2013 a été une année plus rigoureuse au niveau climatique que la moyenne. Ce bilan déficitaire (-0.2°C en moyenne pour la zone climatologique Nord de la France) retarde le débourrement.

fiche Evolution de la phénologie des arbres
Poids (128,22 ko), Format (VND.MS-EXCEL)

Télécharger

Production de l'indicateur

  • Échelle disponible :

    Régional

  • Unité :

    Jours juliens

  • Type d'indicateur :

    Descriptif

  • Méthode de récolte de la donnée :

    Observation

  • Fiabilité :

    C2

  • Disponibilité :

    N+1

  • Fréquence de mise à jour :

    Tous les 2 ans

© Cette publication est réutilisable dans les conditions de la licence Creative Commons. Pour en savoir plus